Présentation du Dien Chan

Le Professeur Bui Quoc Chau et les schémas du Dien Chan

Le Dien Chan est une technique multi-réflexologique vietnamienne créée il y a 30 ans par le professeur Bùi Quôc Châu.

Elle consiste dans la stimulation, sans aiguilles, des zones et points de réflexion du visage pour mobiliser les processus naturels d’autorégulation. Le Dien Chan est une technique thérapeutique simple qui est pratiquée en sessions de courtes durées, pendant lesquelles on atteint, de façon quasi  immédiate, un soulagement des douleurs aigües.

Le Dien Chan a un large champ d’application et produit d’excellents résultats dans le traitement de problèmes neurologiques, de peau, du système digestif, circulatoire, de troubles urologiques, rhumatologiques, ainsi que dans ceux liés au métabolisme et au système reproducteur. On obtient aussi des effets excellents dans le traitement de pathologies musculaires et articulaires, ainsi que des torticolis, crampes, lumbago ou sciatique. Cette méthode est aussi très efficace pour soulager le stress, les maux de tête, l’insomnie et la dépression nerveuse.

Le dialogue permanent avec le patient, l’observation minutieuse  du visage, la combinaison des techniques de stimulation en se basant sur les « schémas de réflexion », ainsi que l’utilisation des « outils du Dien Chan », en font une technique moderne, créative et dynamique.

Une méthode multi-réflexologique

C’est au début des années 80 que le Professeur Bùi Quôc Châu découvrit comment localiser une série de points fixes sur le visage, de façon analogue à l’acupuncture sur le corps, pratiquée par les médecins chinois depuis des milliers d’années. Les hypothèses du  Professeur Bùi Quôc Châu prennent naissance dans la combinaison des théories philosophiques orientales: l’étude du I Ching, du Confucianisme, du Taôisme et aussi de la tradition populaire vietnamienne et de la linguistique, associée à des connaissances de médecine chinoise traditionnelle et de médecine occidentale.

Le Professeur Châu a vérifié, affiné et confirmé ses théories par la pratique clinique sur de très nombreux patients. Plus tard, il découvre qu’un grand nombre de ces points composent des schémas de réflexion situés sur le visage. C’est en associant les effets de ces points qu’il dessine plus de 30 schémas de réflexion, d’abord sur le visage, et plus tard sur le reste du corps (mains, pieds, oreilles, dos, buste,…).

C’est le Professeur Châu qui a établi une carte de points fixes de réflexion sur le visage. Cette carte est totalement originale et ne suit aucun méridien ou schéma ancien. Bien que le nombre le plus élevé soit 633, il n’y a que 241 points sur le schéma du Dien Chan. Il n’y a aucune origine orientale ou égyptienne millénaire à la réflexologie faciale thérapeutique.

Les points et les zones réflexes ne sont pas physiquement connectés aux parties du corps, cependant ils stimulent les parties du cerveau qui, elles, contrôlent les organes et les membres. Les stimulations  réflexologiques orientent l’énergie vers la zone affectée. Il s’agit d’une  méthode originale, jeune, et en pleine évolution. Il s’agit d’un  nouveau réseau qui ne suit pas forcément les méridiens de  l’acupuncture ni les chemins du système nerveux. Le Professeur Châu  a pu, à ce jour, vérifier sa découverte  sur des milliers de patients au Vietnam.

Le Professeur Bùi Quôc Châu

Né à Vinh Long le 3 avril 1942, le Professeur Búi Quôc Châu fut embauché comme acupuncteur dans le Centre de Traitements de Toxicomanie de   Saïgon en 1977. Il  profita de l’immense quantité de patients afin de vérifier et valider ses théories. Ce centre soignait plusieurs milliers de malades, grâce auxquels le Professeur Châu,  établit en 1980 une carte  des points fixes du visage. À ce moment là et tenant compte de premiers résultats, de la  réflexothérapie en général, dont l’iriscopie, la réflexologie  endonasale et l’auriculothérapie, il réussit à établir les bases d’une discipline thérapeutique, et met au point les principaux schémas de réflexion sur le visage; plus tard, sur l’ensemble du corps.  À partir de 1986, il abandonne définitivement l’utilisation d’aiguilles qui procédait de l’acupuncture, et les remplace par des instruments strictement épidermiques, spécifiques au Dien Chan, conçus et dessinés par lui même.

Aujourd’hui, le Professeur Châu poursuit ses recherches dans sa clinique de Saïgon avec l’aide de la plupart de ses élèves thérapeutes qui sont installés aussi bien au Nord qu’au Sud du Vietnam. Ses 3 fils Bùi Minh Tâm, Bùi Minh Trí et Bùi Minh Luan poursuivent son activité caritative en soignant les pauvres, qui payent en fonction de leurs moyens. Après 30 ans de perfectionnement et d’expérience, le Professeur Bùi Quôc Châu et ses élèves, (près de 100.000 entre le Vietnam et les autres pays), ont pu organiser des séminaires, donner des conférences et soigner des  malades dans plus de 20 pays. Vers la fin des années 80, comme  résultat d’une série de séminaires donnés par le Professeur à la Havane, tout le réseau de Santé Publique Cubain adopte officiellement cette technique thérapeutique. Le Professeur Bùi Quôc Châu est aussi l’auteur de nombreuses publications dans des revues spécialisées (aussi bien au Vietnam que dans d’autres pays). Il a participé à divers congrès internationaux d’acupuncture, de  médecine alternative et de naturopathie.

Présentation extraite du site du CluBQC.